Bibliothèque communale de Denée

Publié le 8 octobre, par Françoise Vanesse


Audace et défis pour la culture en milieu rural

Les balades pédestres présentent, notamment, le grand intérêt de découvrir des endroits heureusement encore préservés. Telle fut notre expérience en randonnant dernièrement au départ de l’abbaye de Maredsous. Après une heure de marche, nous pénétrons au cœur du petit village de Denée, entité d’Anhée en namurois, qui nous offre un bouquet de surprises architecturales : sa majestueuse ferme castrale et sa charmante place typique avec son enfilade de maisons en pierres calcaires du pays. C’est précisément en débouchant sur cette place que notre regard est attiré par une authentique bâtisse visiblement récemment rénovée. Curieux, nous nous approchons de cette imposante construction dotée d’un aménagement extérieur à la fois rustique et contemporain et située un peu en surplomb par rapport au reste de la place avec laquelle elle noue un harmonieux dialogue. Enthousiastes, nous grimpons les quelques escaliers qui nous conduisent sur une étonnante esplanade en rotonde, véritable ouvrage d’art, composée essentiellement de montants en fers forgés et aménagée de bancs jouxtant la construction. Et, tout en nous approchant de sa généreuse baie vitrée et de son mur adjacent, quel n’est pas notre bonheur de pouvoir y lire l’inscription « Bibliothèque » !

Un pari audacieux

Un aménagement d’une telle envergure et si original et ce, en milieu rural, c’est vrai qu’il fallait oser ! En effet, Anhée possède déjà une petite bibliothèque située au cœur du village. Et, depuis l’ouverture de Denée, voici maintenant l’entité de sept mille habitants répartis sur neuf villages et deux hameaux, dotée de deux implantations respectivement au nord et au sud ! Mais, il était urgent de faire évoluer la petite bibliothèque communale d’Anhée qui, malgré une adaptation positive depuis sa création que ce soit au niveau des nouvelles technologies ou de son intégration à la vie sociale et culturelle de la population, ne pouvait prétendre à aucune reconnaissance au vu de sa maigre superficie de 35m2. Il fallait manifestement faire bouger les livres ! Une idée prégnante qui talonnait la bibliothécaire Francine Boulanger, aujourd’hui à la retraite. « C’était en effet un vieux rêve de faire évoluer la petite bibliothèque communale d’Anhée vers un outil plus fonctionnel, plus performant tout en veillant à mettre ainsi la lecture, les jeux, les animations à la portée du plus grand nombre », nous confie-t-elle. Un rêve qui allait devenir réalité lorsqu’en 2012, le Collège communal fait l’acquisition de cette belle maison de Denée en pierres du pays, ancienne école et atelier d’orfèvrerie fine, et décide de la transformer, répondant ainsi positivement à la demande formulée de longue date par la bibliothécaire… La nouvelle bibliothèque de Denée était sur les rails ! Un pari audacieux qui, on s’en doute, ne fut pas simple au vu de l’ampleur du projet : que ce soit au niveau de la restauration, de la constitution des dossiers ou de la supervision des travaux réalisés sur fonds propres. De nombreux mois de tractations mobilisèrent tant la bibliothécaire et les autorités communales que le PO et l’inspection de la FWB, le tout dans une ambiance de positive collaboration et de confiance réciproque débouchant sur l’inauguration de la nouvelle bibliothèque en septembre 2015.

Un cadre de travail et d’expositions !

En ce matin de juin 2021, ce n’est pas la cheville ouvrière de ce projet- Francine Boulanger aujourd’hui à la retraite- qui nous accueille mais un sympathique duo : Anne Evrats et Eloïse Pekel, très souriantes et manifestement conscientes de la chance de pouvoir disposer d’un tel cadre de travail, investi d’ailleurs tout récemment ! A leur invitation, nous franchissons la large baie vitrée judicieusement orientée vers la place et nous voici au cœur de cet espace très chaleureux et flambant neuf de deux-cent-cinquante mètres carrés répartis sur deux étages.
Dès l’entrée, nous ressentons la spécificité de l’aménagement conçu grâce à l’expertise de Francine Boulanger qui s’impliqua, en dialogue avec les architectes, dans la conception de la nouvelle bibliothèque. Nous voici en effet accueillis par un large mur sous forme d’un très grand présentoir des nouveautés alors que le comptoir de prêt se situe, quant à lui, décentré et en retrait. Cette section adulte du rez-de-chaussée est aménagée avec quelques fauteuils et tables rondes invitant à se poser, à prendre le temps de lire, bien entendu, mais de regarder aussi ! En effet, partout dans cet espace, on ressent la volonté de sensibiliser à l’éducation au regard.
Premièrement, via l’aménagement intérieur très bien agencé et le design du mobilier avec ses couleurs vives qui titillent le regard grâce à un vivifiant contraste. Mais également, avec ces photographies argentiques en noir et blanc judicieusement accrochées aux côtés des collections et réalisées par un artiste local amoureux du Népal. « Un des objectifs du plan quinquennal élaboré par notre prédécesseure est d’introduire l’art en milieu rural », explique Eloïse Pekel, «  car les lieux de culture sont en effet relativement éloignés et la bibliothèque se doit de proposer une offre culturelle ». « Ces projets permettent judicieusement de joindre un public qui n’est pas forcément attiré par la lecture et donnent une visibilité différente à la bibliothèque », poursuit Anne Evrats.

Un aménagement lumineux

Mais rejoignons maintenant le premier étage avec la section jeunesse dont l’organisation reflète également une intéressante innovation car les collections enfants et ados se déploient dans deux espaces bien distincts. Alors que les plus petits disposent d’un charmant coin lecture et d’un mobilier entièrement amovible, voici, à gauche de l’escalier, l’espace réservé aux collections pour adolescents dont des mangas, des jeux et des bandes dessinées. On y découvre un aménagement adapté et davantage ouvert sur la consultation du fonds documentaire et un mobilier qui n’a rien d’enfantin ! La décoration est très vivifiante avec ce sympathique vert pomme et ce grand mur apparent en moellons qui guide votre regard vers un puits de lumière. Le tout rythmé par une œuvre de Marcel Hasquin, un artiste natif du village qui fit don de sa création à la bibliothèque. L’ensemble de ce premier étage est très lumineux mais, par conséquent, un peu chaud en cette journée de la mi-juin où le soleil est au rendez-vous… On imagine que la présence de stores occultant permettrait de pallier une partie de ce déficit d’isolation. D’autant plus si, comme le souhaitent les bibliothécaires, l’espace enfant peut devenir, à certaines occasions, un lieu de projection. Et alors que nous découvrons le deuxième étage où est aménagé un petit local de réunion, adjacent aux réserves, nous contemplons la vue plongeante sur la petite place du village et, de cette belle perspective, nait un dialogue avec les deux bibliothécaires au sujet de leurs projets futurs…

Un plan quinquennal exigeant

« Le plan quinquennal de notre bibliothèque est très exigeant », nous livrent Anne et Eloïse. En effet, ce plan conçu par la précédente bibliothécaire et qui a déjà fonctionné au cours des cinq années précédant l’arrivée de la nouvelle équipe, se veut en adéquation avec le diagnostic très riche de ce territoire réunissant des publics particulièrement nombreux mais également variés avec quantité d’associations très actives et en attente de partenariats. Outre la jeunesse, les six écoles et les deux crèches, le public adulte fait également partie des priorités avec, par exemple, ce projet de cours Alpha et FLE, en partenariat avec le CPAS, permettant de joindre un public non acquis. Enfin, les bibliothécaires comptent bien relancer leur grainothèque et consolider les liens tissés antérieurement avec le PCDN dans le cadre du projet « On vous sème » qui, chaque année, propose un échange de plantes à l’occasion de la fête du terroir à Anhée. Mais continuer à faire de la bibliothèque de Denée ce troisième lieu déjà initié par Francine Boulanger et sa collègue conteuse Julie Renson, est également une des missions qu’il va falloir mener à bien car la jeune bibliothèque a souffert de l’absence de promotion durant la pandémie. Heureusement, là aussi, l’architecture de la bibliothèque, tant intérieure qu’extérieure avec sa terrasse et son esplanade très conviviale, favorisera ce projet fédérateur. « Nous allons poursuivre dans la dynamique d’expositions et la rencontre avec des artistes locaux. Et l’on chemine également vers la possibilité d’organiser des conférences et de projeter des films dans la section jeunesse qui dispose de nombreuses chaises », poursuit Anne. « On a hâte de redécouvrir le public et tout ce qui fait la saveur de notre métier », conclut Eloïse.

La continuité dans la différence

Dans un tel contexte, il est clair que la nouvelle équipe a du pain sur la planche. Il lui faudra, tout comme ceux qui ont présidé à l’édification de cet audacieux projet, tant la commune que la précédente bibliothécaire, faire preuve de créativité et d’un important sens de l’engagement pour mener à bien l’ensemble de ses missions. Heureusement, les deux bibliothécaires sont déjà rodées à un travail exigeant et forment un duo de personnalités très complémentaires. Il reste néanmoins qu’elles ne disposent que d’un temps plein et demi pour assumer le tout et continuer à activer la dynamique mise en place grâce à la nouvelle structure de Denée, reconnue comme opérateur culturel. Mais en aménageant une telle infrastructure en milieu rural, il fallait croire en la possibilité de relever de nombreux défis ! Au vu de la motivation et des compétences de la nouvelle équipe, la continuité dans la différence semble déjà bien assurée…