Rencontres en lecture

Avec Emeline DE BOUVER d’Écotopie, Docteure en sociologie politique de l’UCL

Alors que la crise sanitaire semble prendre un tournant décisif en cette nouvelle période de déconfinement, nous donnons la parole à Emeline De Bouver, spécialisée notamment dans les questionnements sur la transition écologique. Avec lucidité et engagement, cette chercheuse, docteure en sociologie et chargée de recherches à Ecotopie, nous partage son analyse du confinement, son regard sur l’après covid et s’interroge sur l’éventuelle émergence d’une plus grande conscience écologique.

Le regard de Christian Dengis, coordinateur de l’Association des Ecoles de Devoirs en Province de Liège (AEDL)

La situation sanitaire a bouleversé la vie de nombreux enfants et de jeunes en situation de précarité et de décrochage. Face à ces inégalités, le travail d’accompagnement quotidien des Ecoles de Devoirs (EDD), est considérable.

Garder le lien, en poésie

À l’heure où la culture se voit confinée par la crise sanitaire et ses métiers étiquetés de non essentiels, le foisonnement d’initiatives poétiques et littéraires semble, au contraire, prouver leur importance pour nos concitoyens en quête de sens. Le regard d’Aline Louis et de Manon Stas, de la Maison de la Poésie de Namur.

Avec Nathalie Husquin, responsable du projet « La Traversée » pour l’ASBL « Lire et Ecrire Luxembourg »

Alors que la crise sanitaire a mis en veilleuse de nombreuses actions destinées aux publics fragilisés par rapport à la lecture, nous donnons la parole à Nathalie Husquin, en charge du projet de collection « La Traversée » en collaboration avec « Lire et Ecrire Luxembourg ».

Le regard de Guy Marchal, bibliothécaire responsable au CMM Don Bosco à Liège et représentant de la FIBBC au sein du PILEn

Cette période de reconfinement s’ancre dans un contexte particulièrement difficile pour les secteurs culturels et associatifs. Un contexte, vecteur de fragilités mais également de positives initiatives.

Grande Campagne de Promotion du Livre belge !

La FIBBC est l’un des six membres du PILEn, le Partenariat interprofessionnel du Livre et de l’Édition numérique.

Avec Eloïse Steyaert, bibliothérapeute

Eloïse Steyaert, bibliothérapeute, propose depuis deux ans, à travers son projet professionnel « Le mot qui délivre », des séances de bibliothérapie, individuelles ou collectives, dans une optique de mieux-être et de développement personnel.

Le regard de Jean-Michel Defawe, président de la Fibbc

Le secteur de la culture, entre autres, a été particulièrement impacté par cette crise sanitaire et la période de confinement. Des bibliothécaires et acteurs culturels s’expriment sur cet événement. Quels regards portent-ils sur cet épisode inédit ? Quelle est leur utopie pour une société résiliente « post-Covid-19 » ?

Avec Carl Norac, poète et auteur pour la jeunesse

En ce mois de janvier, l’auteur d’origine montoise Carl Norac devient notre nouveau Poète national ! A cette occasion, ce poète voyageur échange avec nous, en toute convivialité, sur l’engagement qui l’anime : rassembler autour de la poésie par-delà les frontières linguistiques, culturelles et générationnelles.

Avec Michel Defourny, chercheur et critique

Critique de renommée internationale en littérature de jeunesse qu’il enseigna à l’Université de Liège et en Haute Ecole, ce docteur en Indologie, pédagogue hors pair, mais également homme de terrain partage sa passion pour ce secteur émancipateur qu’il envisage comme un formidable vecteur d’éveil à l’imaginaire.

Avec Lisette Lombé, poétesse et performeuse slam

Cette artiste nous livre son expérience de l’expression poétique comme voie d’épanouissement et d’émancipation. Elle nous partage en outre les combats qu’elle mène pour les causes féministes, antiracistes mais aussi, de manière plus globale, pour la démocratisation de la culture.

Avec Primaëlle Vertenoeil, responsable des éditions Tétras Lyre

Les éditions Tétras Lyre occupe depuis 30 ans une place atypique au sein du marché de la poésie en Fédération Wallonie-Bruxelles et ce, principalement en raison de leur indépendance et de la dimension artistique de leurs livres au service d’une poésie humaniste et exigeante. En 2014, la maison a connu un tournant lorsqu’elle a été confiée à une nouvelle responsable, Primaëlle Vertenoeil, qui, à l’occasion de ce trentième anniversaire, esquisse pour nous les fondements nouveaux de ces éditions.

Avec Françoise Dury, Présidente de l’APBFB

Active depuis 1975 pour fédérer et représenter le secteur des bibliothèques aux côtés, notamment, de la FIBBC, l’APBD a connu cette année un nouveau jalon de son histoire en devenant l’APBFB, Association des Professionnels des Bibliothèques Francophones Belges. Un changement d’appellation qui résulte d’une réflexion profonde autour de ses missions, en correspondance avec les exigences décrétales, et qui témoigne, une fois encore, du dynamisme de cette association et de ses membres. A cette occasion, nous donnons la parole à sa Présidente, Françoise Dury qui, pour faire face aux multiples défis de notre secteur, est toujours prête à donner l’impulsion, maintenir le souffle et susciter la mobilisation.

Appren-tissages : étoffe et assemblage

Le monde de l’éducation francophone accueille une nouvelle revue au look bien ancré dans l’air du temps : "Appren-tissages". Tout en correspondance avec la philosophie du "slow press", ce "mook" propose une information éloignée de l’urgence du quotidien pour privilégier un questionnement en profondeur et transversal du bouillonnant domaine de l’éducation. Gaël Bournonville et Caroline de Patoul, les deux enseignants initiateurs de cet audacieux projet, étaient invités dernièrement à la librairie Pax à Liège afin de baliser le chemin porteur de sens dans lequel ils souhaitent emmener leurs lecteurs : enseignants, parents et toute personne intéressée par ce vaste champ d’investigation.

Avec Laurent Demoulin, écrivain et chargé de cours à l’Ulg

C’est à l’Université de Liège où nous avons suivi ses cours de littérature contemporaine et apprécié ses talents d’enseignant, que nous sommes accueillies par Laurent Demoulin. Mais aujourd’hui, c’est l’écrivain que nous rencontrons à l’occasion de la parution de son premier roman, Robinson, couronné par le Prix Rossel 2017. Spontané, généreux, il s’entretient avec nous des fondements de son travail d’écriture et de cette priorité accordée au langage et à l’art de la nuance. Et plus notre conversation avance, plus nous renouons avec sa personnalité de médiateur et percevons l’esprit de filiation intellectuelle et humaine ancré au cœur de sa démarche d’homme, d’écrivain et d’enseignant.

Avec Colette Nys-Mazure, poète et écrivain

Sur le quai de gare bruxellois où elle vient à notre rencontre, Colette Nys-Mazure nous apparait d’emblée à l’image de sa poésie, solaire et bienveillante. Les retards et péripéties du voyage n’ont en rien entamé l’attention vigilante qu’elle porte à l’autre ni ce goût du partage qui prend chez elle la forme d’une urgence. Et c’est précisément autour de sa conception de l’écriture en tant que chemin de vie et de transmission féconde que l’auteure de "Célébration du quotidien" nous convie au partage à l’occasion de la toute récente parution de deux ouvrages qui lui sont consacrés : "Colette Nys-Mazure ou l’attention vive" aux Editions Salvator et "Colette Nys-Mazure, quelque chose se déploie" aux Editions Esperluète.