• Un seul ciel

  • 9 juillet, par Sylvie Hendrickx

    Il y a 0 commentaires.

  • Allier expression poétique et expérimentations créatives afin de contribuer à une fresque textile collective s’articulant autour du thème de la diversité culturelle : tels furent les objectifs de ce projet proposé à une trentaine d’apprenants de la section Français Langue Etrangère du Centre Multimédia Don Bosco de Liège et ce, en partenariat avec le CEC de la ludothèque « La Marelle » dans le cadre de l’opération « Divers Cités ».

Tous les deux ans, au printemps, les citoyens et citoyennes de l’arrondissement de Liège sont invités à réfléchir, créer et s’exprimer dans le cadre de l’opération « Divers Cités » organisée par la Coopération Culturelle Régionale (CCR Liège). Concrètement, plusieurs dizaines de Centres culturels et de partenaires tels que les CEC et les bibliothèques se fédèrent afin de susciter le débat au cœur de l’espace public par le biais de spectacles, d’expositions et d’ateliers en lien avec la diversité culturelle. Intitulée Vous avez dit « étranger » ?, cette troisième édition 2018-2019 questionne le phénomène des flux migratoires et du vivre-ensemble.

Participant indéfectible de cette opération, le CEC de la ludothèque liégeoise « La Marelle » a mis sur pied cette année un projet audacieux et très original intitulé « Un seul ciel ». Il s’agit de la réalisation d’une fresque textile collective au départ d’une multitude de petits carrés de tissus décorés qui, une fois assemblés, visent à rappeler de manière symbolique que, quelle que soit notre origine, nous sommes tous reliés et unis par un même ciel ! En vue de refléter une voûte céleste la plus diversifiée possible, s’adresser à une large palette de créateurs s’imposait ! C’est la raison pour laquelle Myriam Hick, animatrice au CEC « La Marelle », a veillé à convier la participation d’un public aux origines socioculturelles différentes : habitants du quartier du Laveu, où se situe l’association, enfants et adultes, étudiants en architecture et, enfin, apprenants de la section FLE de la bibliothèque du Centre Multimédia Don Bosco, dont la ludothèque est partenaire. Ces derniers ont été invités, à l’instar des autres participants, à expérimenter différentes techniques créatives sur tissus. Mais, au vu des objectifs poursuivis par cette section, vigilante à introduire l’écriture comme medium d’émancipation culturelle et sociale, le projet d’expression créative s’est enrichi d’une dimension supplémentaire et inattendue ! C’est ainsi que, sous la houlette de la formatrice FLE, Gabrielle De Costa, un atelier d’écriture a vu le jour et a débouché sur de petites phrases poétiques. Celles-ci, intégrées sur les carrés de tissus, ont donné naissance à un vaste ciel étoffé de mots et donc, constellé d’étoiles…

Première étape : un ciel de mots

Dans un premier temps, les apprenants FLE sont invités, par le biais de l’atelier d’écriture, à s’exprimer sur leur "ciel personnel" ainsi que sur les émotions que ce terme suscite. Un brainstorming initial autour du mot Ciel permet de faire émerger et de partager les connaissances linguistiques de chacun mais se révèle aussi rapidement un moment d’échange privilégié autour des notions d’égalité et d’universalité véhiculées par le thème. « Nos apprenants connaissent des situations sociales et des parcours très divers. Ils sont donc eux-mêmes très sensibles au fait de lutter contre les stéréotypes liés aux migrations », souligne Gabrielle De Costa.

L’atelier d’écriture proprement dit se module ensuite en fonction de niveaux linguistiques, eux aussi très diversifiés. Les débutants sont amenés à s’exprimer en phrases simples à partir de l’amorce « Dans mon ciel, il y a… ».

« Dans mon ciel, il y a beaucoup d’étoiles qui nous montrent le chemin.  »

« Dans mon ciel, il y a un arc-en-ciel et du soleil et de la pluie.  »

« Dans mon ciel, il y a la lune et il y a beaucoup d’étoiles. »

Les apprenants de niveaux intermédiaires sont invités quant à eux à écrire de petits textes courts en prose poétique.

« Le ciel gris et le vent qui souffle très fort. Le son des arbres qui se transforme en chanson.  »

«  Ca éclaire le monde. Le soleil est lumineux pendant la journée. »

« Pendant la nuit calme, la lune est très brillante dans le monde entier.  »

Les plus avancés s’expriment pour leur part suivant la structure « si j’étais…, je serais… »

« Si j’étais une aurore boréale, je serais un sublime spectacle avec toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. »

« Si j’étais un arc-en-ciel, je diffuserais mes couleurs partout à Liège. »

« Si j’étais un oiseau, je serais une colombe dans le ciel bleu. »

Seconde étape : un ciel de tissus

Myriam Hick, animatrice au CEC « La Marelle », accompagne les participants pour cette seconde étape.
Pour cet atelier, chacun choisit son support parmi de nombreux carrés de tissus de 24 cm sur 24 cm. Les participants expérimentent ensuite le dessin sur ce support inhabituel à l’aide de marqueurs Posca mais aussi de crayons gouaches qui permettent aux couleurs de si bien rayonner. Afin de continuer dans cette veine créative, un important matériel est ensuite mis à leur disposition afin de leur permettre d’expérimenter le collage mais aussi la couture et la broderie et ce, dans une volonté de mixer les techniques : fils et aiguilles, bouts de tissus, rubans, dentelles, perles brillantes ou paillettes créant des éclats changeant à la lumière...
Voici venu le moment de mettre son texte en évidence sur ce petit morceau de ciel si personnalisé et reflet d’une émouvante diversité. Une étape déterminante, au cours de laquelle, chacun de ces trente apprenants, originaires d’une vingtaine de pays différents du Maghreb et d’Afrique mais également d’Asie et d’Amérique du Sud, a pu, dans une belle liberté créatrice, exprimer sa sensibilité, sa culture mais aussi son parcours, ses difficultés et surtout ses espoirs : ciels de jour ou de nuit, ciels de terre natale ou de pays d’accueil, ciels de solitude, de fureurs ou d’accalmie…

Pour se rassembler autour des migrations

Au total, ce sont près de deux-cent carrés de tissus qui composent cette grande fresque textile collective ! Et modulable ! Car ces tissus ont été assemblés et cousus sous la forme de quatre grands carrés d’1m70 sur 1m70 afin de composer une fresque qui puisse être mise en valeur dans des configurations différentes suivant les lieux. C’est ainsi un ciel « tout en longueur » qui a été présenté pour la première fois au sein de l’exposition Vous avez dit « étrangers » ? où ont été réunies, du 29 mai au 8 juin 2019 à Liège, l’ensemble des créations réalisées dans le cadre des ateliers « Divers Cités ». « C’est fabuleux, nous confie avec enthousiasme Gabrielle De Costa, de découvrir les textes que ces apprenants ont écrits seuls, parfois pour la toute première fois en langue française ! Le fait d’être lu par un public extérieur et exposé aux côtés d’œuvres d’autres artistes, est un élément majeur !  » Une belle valorisation, en effet, pour cette démarche artistique mais surtout citoyenne qui, dans le contexte actuel, réaffirme l’urgence de se rencontrer et de dialoguer autour de notre humanité commune.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.