• Trois-Ponts. Une bibliothèque en transition.

  • 4 juillet, par Françoise Vanesse

    Il y a 0 commentaires.

Une progression formidable

En route vers la bibliothèque de Trois-Ponts en cette matinée lumineuse de début mai. Nous optons pour la N66 qui, au départ de Huy, ondule à travers l’apaisant plateau condruzien, son bouquet de paysages agraires et sa palette nuancée de jaunes et de verts, révélateurs d’une nature en plein foisonnement. Insensiblement, l’Ardenne s’invite, avec ses forêts et ses couleurs plus franches. Nous voici rapidement arrivées à Trois-Ponts, petite ville à l’appellation si évocatrice de son riche réseau hydrographique. Aussitôt dans le centre, la nature semble s’être éclipsée ! Voici en effet des travaux qui impactent la fluidité du trafic, un parking de grande surface et, mal signalé au fond de celui-ci, un bâtiment en blocs très imposant : l’Espace culturel qui abrite, notamment, les locaux de la bibliothèque. D’emblée, le look terne de cette construction surprend ! Mais, fort heureusement, en pénétrant dans les locaux de la bibliothèque, cette impression s’efface car, tout en contraste avec l’aspect extérieur de l’ensemble, voici des poutres de bois en arc-cintré, des couleurs éclatantes et un espace très chaleureux dont se réjouit Isabelle Lejeune qui nous accueille, énergique et très enthousiaste. "La bibliothèque a été le premier service à investir le bâtiment", déclare-t-elle. "Et quand nous avons emménagé, c’était la première fois dans tout notre parcours que nous disposions d’un local neuf et adéquat. Une progression formidable par rapport à tout ce que j’avais connu auparavant !"

Une valorisante concentration

Et en effet, elle semble revenir de loin cette petite bibliothèque qui, au début de son parcours, possédait une implantation dans certaines écoles de l’entité gérée à raison de deux heures par semaine ! Elle connut plusieurs déménagements avant d’investir, enfin, un local intégré dans ce nouveau complexe inauguré en 2006 : l’Espace culturel, ancien marché couvert aux bestiaux rénové et envisagé comme un espace de rassemblement d’envergure. Le lieu comprend en effet une salle de gymnastique, un local de fêtes, un espace d’exposition et une salle polyvalente multifonctionnelle à gradins rétractables dont l’ambition étonne dans cette petite ville de deux mille cinq cents habitants ! Dans ce contexte, on imagine que les synergies avec les villes avoisinantes sont déterminantes pour faire vivre le lieu comme, par exemple, le Centre culturel de Stavelot qui, lui, ne possède pas ce type d’équipement. Fort heureusement, la bibliothèque profite de cette valorisante concentration : bel espace d’exposition, proximité des écoles, synergie avec les animateurs de l’Espace culturel et de l’EPN, sans oublier l’ascenseur pour personnes à mobilité réduite car ses locaux sont situés au premier étage...

Un petit monde en couleur

En sportives que nous sommes, nous optons pour les escaliers qui nous mènent vers la porte d’entrée de la bibliothèque. Une fois franchie, le lieu nous apparaît accueillant mais surtout très personnalisé avec un trio de couleurs murales éclatant composé d’ocres, jaunes et rouges, choisi par les bibliothécaires et qui oriente le lecteur au sein des différentes sections. Une fois passé le comptoir de prêt relativement discret, nous nous dirigeons vers le mur rouge, réservé aux documentaires. C’est dans cet espace que les bibliothécaires ont installé une large table qui apparaît comme un emplacement primordial. C’est en effet ici que l’équipe se réunit, anime et accueille, car le lieu ne comporte pas de local spécifiquement consacré à ces activités. Les poutres en arc cintré en lamellé-collé de bois permettent une belle respiration, les murs qui bordent cet espace sont hauts mais des astuces sont déployées pour habiller subtilement le tout. Ainsi, les tuyaux d’aération sont très bien camouflés. Quant à la superbe fresque, surplombant la table et réalisée par des usagers d’une classe DASPA (1), son allure cinétique et ses messages ancrés dans les problématiques sociétales actuelles reflètent bien la philosophie qui anime le lieu : « Pour bâtir un petit monde en couleur »...

Une gestion optimisée de l’espace

Continuons précisément sur cette belle énergie et grimpons jusqu’à la mezzanine de l’espace jeunesse en empruntant à nouveau un escalier, en colimaçon cette fois ! Il règne ici une ambiance de douceur de lire et, malgré le caractère exigu du lieu, des classes peuvent y être accueillies pour des lectures. Cette gestion optimisée de l’espace semble une des clés de voûte de cet aménagement global car la superficie totale dont dispose la bibliothèque, 140m2, est de moins grande envergure que l’ensemble du bâtiment qui l’abrite. "Nous ne disposons en effet ni de réserve, ni d’extension possible et cette situation nous pousse à des élagages fréquents, à une organisation rigoureuse", explique Isabelle Lejeune. "Mais si on ne sait pas pousser les murs, nous essayons d’être créatives, conviviales et toujours en recherche pour trouver des solutions ! "

Un duo en recherche

Et en effet, plus on dialogue avec Isabelle Lejeune ainsi que sa collègue Isabelle Robert qui l’a rejointe en 2015, plus on perçoit deux personnalités passionnées par leur mission et en constante dynamique de recherche. Un duo très spécifique, une géographe et une romaniste, qui n’a en effet de cesse d’interroger, dans une belle complicité, ses qualifications respectives. Le tout dans une perspective d’engagement envers les usagers ! Si la bibliothèque, vu ses précédentes implantations dans les écoles du village, a, par la force des choses, toujours fortement misé sur les collaborations avec les enfants, les adultes restent par contre un public en demande mais plus difficile à joindre. Trois-Ponts, malgré un revenu global aisé, possède malgré tout une part de population modeste ou précarisée et un important Centre Fedasil (installé non loin, à Gouvy). Les défis à relever pour répondre à l’attente de ce territoire rural aux composantes sociales et culturelles si diverses sont donc de taille.

Des problématiques sociétales cruciales

Dans ce contexte, il est nécessaire de fixer des priorités. Celles-ci gravitent principalement autour de deux thèmes centraux : les problématiques sociétales et écologiques ainsi que l’apprentissage de la langue. La préoccupation principale d’Isabelle Lejeune se concentre plus particulièrement autour des questions relatives à la protection de l’environnement, l’éco-responsabilité et l’urgence de la transition. "Je suis géographe de formation, spécialisée en botanique, c’est donc par intérêt personnel mais aussi en accord avec notre cadre rural que j’ai défini ces priorités. Le thème de la transition est en effet une urgence et nous participons, depuis deux ans et, en collaboration avec une animatrice du Foyer culturel, à la journée « Ardenne en Transition ». Cela prend la forme de multiples stands et de micro-conférences. De plus, ce printemps, nous nous sommes lancées dans l’organisation d’une grainothèque qui doit encore mieux répondre à certains questionnements de nos usagers."

L’apprentissage de la langue

Romaniste de formation, Isabelle Robert s’intéresse quant à elle davantage à l’accompagnement de certains usagers en matière d’alphabétisation et d’apprentissage de la langue et ce, des plus petits aux plus grands : crèches, écoles primaires, secondaires et personnes primo-arrivantes du Centre Fedasil. Elle gère également la petite implantation à l’école de Basse-Bodeux, consacrée uniquement au secteur jeunesse, et qui connaît une belle fréquentation. Toujours en recherche, l’équipe a dernièrement mis en place à Trois-Ponts un atelier hebdomadaire très spécifique d’aide à la lecture, basé sur la méthode Montessori. Principalement fréquenté au début par les enfants des écoles de devoirs, cet atelier s’ouvre aujourd’hui à tous les jeunes demandeurs. « C’est un projet qui nous est venu suite à la lecture de l’ouvrage Les lois naturelles de l’enfant de Céline Alvarez basé sur l’autonomie, la coopération et la bienveillance dans le développement de l’enfant, explique Isabelle Robert. Nous avons fabriqué du matériel Montessori avec des bénévoles sur base des ateliers que cette spécialiste propose : lettres rugueuses, alphabet mobile. Le travail de réflexion en amont fut mobilisant et la fabrication nous a demandé du temps mais cet atelier connaît un tel succès que nous sommes très satisfaites de ce projet que nous valorisons également par le biais de nos collections."

Des collections engagées

Des collections en effet en totale correspondance avec les thèmes centraux développés par l’équipe. Mais ce qui interpelle également, c’est leur aspect pointu et surtout militant avec une place importante consacrée à des thèmes sociétaux, comme le féminisme ou l’immigration, auxquels les bibliothécaires consacrent plusieurs présentoirs. Quant à l’écologie, elle est également très bien représentée avec différentes déclinaisons : environnement, réchauffement climatique et transition, dont certains ouvrages rédigés par des auteurs militants comme Vandana Shiva et Rob Hopkins. Quant aux périodiques, même souci d’une information engagée avec la présence de mooks comme "Imagine" ou "Médor". Enfin, nous épinglons un petit rayon Montessori qui rassemble le matériel et les livres de la collection Balthazar de Didier Hatier. « Notre fonds concernant nos matières de prédilection devient intéressant », déclare avec le sourire Isabelle Lejeune ! « Je suis toute l’actualité des publications. L’information, c’est le capital de notre bibliothèque et un moyen formidable d’engager le changement. »

Un changement certes enclenché et qui fait d’ailleurs partie de l’histoire de cette petite bibliothèque qui a connu une très intéressante évolution. On ne peut en effet que se réjouir des potentialités que ses locaux actuels et sa participation au réseau « Amblève & Lienne » lui ont ouvert. Et, au vu de la belle complicité de cette équipe, petite certes mais à la motivation débordante, on est persuadés que le parcours sera encore long et prospère. Et que, grâce au soutien des pouvoirs communaux et des synergies enclenchées, cette petite bibliothèque en transition, fidèle à l’esprit qui l’anime, continuera à grandir et à évoluer positivement. Ici, en effet, l’immobilisme ne dispose pas de rayonnage : tout pousse et procure énergie !

(1) Dispositif d’accueil et de scolarisation des élèves primo-arrivants dans l’enseignement organisé ou subventionné par la Communauté française.

_____________

Bibliothèque communale de Trois-Ponts
Rue Traverse, 9
4980 Trois-Ponts
080/29.24.62
bibliotheque@troisponts.be

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.