• Seuls ou ensemble ?

  • 17 octobre, par Jean-Michel Defawe

    Il y a 0 commentaires.

  • Le monde des bibliothèques publiques en Communauté française relève d’une organisation complexe, régie par des législations provenant de pouvoirs publics différents : la Communauté française pour le subventionnement et les règles de fonctionnement, la Région wallonne pour les aides en personnel (APE, Forem), l’État fédéral pour ses directives sur l’emploi, la gestion des droits d’auteur et, enfin, avec la Communauté flamande et son alter ego francophone autour, par exemple, du prix moyen du livre. Pour compliquer les choses, nos bibliothèques relèvent également de pouvoirs organisateurs divers : publics (communes et provinces) ou de droit privé avec des règles propres à chaque structure. Autant l’avouer, ces matières sont souvent très techniques, voire même complexes.

Comment réussir à intégrer les préoccupations de la base, comprendre et appliquer les mécanismes imposés quand on est seuls avec son pouvoir organisateur à faire face à toute cette législation mouvante ?

Il est indispensable de se regrouper, d’être ensemble, de faire appel à ceux qui peuvent éclairer la route. C’est le but d’une organisation représentative des utilisateurs comme l’est la FIBBC regroupant en son sein tant des pouvoirs organisateurs que des bibliothécaires. La FIBBC se veut une structure de soutien, de référence, d’information et de services qui promeut et défend les actions de plusieurs centaines de membres et de leurs partenaires.

Pour cela, la FIBBC entretient différentes collaborations.

Nouveau partenariat depuis ces dernières vacances : notre secteur des bibliothèques, la FIBBC a rejoint, avec l’APBD, le PILEn c’est-à-dire le Partenariat Interprofessionnel du livre et de l’édition numérique.
Cette commission a pour mission de veiller à tout ce qui touche aux livres et aux métiers qui s’y rapportent pour faire l’objet d’études, de débats, de propositions.
Ce sont donc les auteurs, les éditeurs, les libraires et les bibliothécaires qui, durant les cinq prochaines années, se pencheront sur l’ensemble de ces problèmes. Pour la FIBBC, ce sera notre secrétaire général, Guy Marchal, qui y sera notre porte-parole.

L’activité du PILEn s’organise autour de missions prioritaires comme :

  • le portail « futurdulivre.be » avec des actualités et un moteur de recherche moissonnant quotidiennement des milliers d’articles parus sur des sujets comme des clubs de lecture numérique, les livres numériques enrichis ou la place du numérique dans l’économie ;
  • • des animations, formations et colloques pour les professionnels plusieurs fois par an ;
  • • des études sur l’évolution des marchés ainsi que des pratiques en matière de livres et de lecture ;
  • représenter, enfin, les métiers du livre auprès des pouvoirs publics et les promouvoir auprès des publics.

Nous leur souhaitons un excellent travail de défense de notre secteur d’activités et d’ouverture aux pistes nouvelles que générera le numérique.

Une autre structure dans laquelle la FIBBC représente, depuis 20 ans, le monde des bibliothèques est la CESSOC.

Cet organe regroupe tous les acteurs du monde socioculturel et sportif de la Communauté française et permet de les fédérer dans les différents aspects d’une action patronale. Nous travaillons à la CESSOC autour des règlementations de la commission paritaire 329, des accords du non- marchand, du cadastre SICE des emplois, des négociations APE et ACS… Le but est de défendre notre secteur, d’imaginer des stratégies, de conseiller les différents acteurs et de les former pour une plus grande efficacité.

La FIBBC participe également aux travaux du Conseil de Bibliothèques.

Chaque mois, en partenariat avec l’administration et l’inspection, un certain nombre de problèmes liés aux bibliothèques sont examinés. Les reconnaissances, la modification de la législation et les propositions à faire à notre ministre, Madame Alda Gréoli, sont l’objet de groupes de travail pour aboutir à des positions rencontrant l’intérêt général. Des débats faisant l’objet de propositions concrètes sont également organisés dans cette enceinte afin de déterminer les actions les plus qualificatives à développer par rapport aux moyens budgétaires limités de notre Communauté française.

Nous sommes présents aussi dans les concertations réalisées en partenariat entre la plateforme socioculturelle et le cabinet de la culture mais aussi dans l’aide apportée aux pouvoirs organisateurs locaux de bibliothèques face à leurs partenaires en Lecture publique.

Voilà, en quelques mots, des coups de flash sur l’action de la FIBBC. N’hésitez pas à nous rejoindre en marquant votre adhésion par le versement de votre cotisation annuelle de 15 € au compte 700-0543074-15. Notre revue, riche d’expériences multiples, pleine d’idées et de reportages, sous les plumes de Françoise Vanesse et Sylvie Hendrickx vous sera adressée quatre fois par an pour entretenir ce contact tellement important. Nous avons besoin de votre soutien pour mieux vous défendre et vous soutenir… Merci de nous faire confiance !

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.