En savoir plus sur l'auteur

Les mots-clés de l'article

Il n y a pas de mot-clé

  • Mémoires d’outre-mère

  • 18 janvier 2007, par Gérard Durieux

    Il y a 0 commentaires.

  • Guy Bedos nous livre ici une évocation impitoyable de son enfance et nous entraîne dans la tournmente de sa relation avec une impossible mère.

BEDOS Guy, Mémoires d’outre-mère, Stock ,2005. LP 30498

Bien sûr, il y a ici les « têtes » de la politique française : Giscard, Mitterrand, Rocard... Et le célèbre satiriste manie alors la provocation et l’imprécation.

Nous connaissons ses colères pourfendeuses. Mais nous savons aussi ses discrètes tendresses.

Le meilleur de ce petit texte tient dès lors à l’évocation de son enfance algérienne. Mais les bonheurs passionnés et enchanteurs du séjour algérois font vite place aux blessures d’une relation impossible avec sa mère belle, violente, coureuse, « une femme qui, indiscutablement, a contribué à gâcher mon enfance, un grand pan de mon adolescence et même une parcelle plus secrète de ma vie d’adulte ». Des souvenirs pénibles donc, mais « Ni haine ni rancune. De la mémoire. »

Restent des pages impitoyables.

En contrepoint, la douce figure de « Finouche », sa
« petite mère », sa « belle fermière- institutrice algéroise » qui lui a appris à lire et à penser, qui pour toujours a fait de lui un citoyen du monde. Soixante ans plus tard, il a cherché à la revoir. Au terme de ces confidences, il raconte avec émotion leurs retrouvailles. Elle avait alors 92 ans.

Mais avouant encore s’être rapproché de sa vieille mère malade, il glisse, pudique et féroce : « De toute évidence, elle ne m’en veut pas du mal qu’elle m’a fait ». Une « mère à boire » assurément difficile à avaler.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.