• Le grand Quoi

  • 5 janvier 2010, par Gérard Durieux

    Il y a 0 commentaires.

  • Une narration de l’innommable signée fraternellement par l’écrivain et éditeur engagé, Dave Eggers, suite aux confidences d’un de ces gamins pris dans la tourmente de la guerre civile qui ravagea le Soudan à la fin du siècle dernier.

EGGERS Dave, Le grand Quoi, Gallimard, 2009

Soudan, fin du siècle dernier. Ils étaient quelques dizaines de milliers, enfants perdus, emportés dans la tourmente de la guerre civile, peuple de gamins aux vies fracassées, contraints de laisser leurs villages pour échapper aux férocités des milices de Khartoum, à l’enrôlement qui ferait d’eux des « soldats calamiteux », acculés à survivre dans la promiscuité des camps de réfugiés en Ethiopie ou au Kenya. Parmi eux, le narrateur de ce récit, Valentino (dit Achak, dit « Parti-Loin ») qui court à jamais, qui court pour toujours. Sans comprendre. Echoué à Atlanta après quinze années de galère, réduit à de maigres boulots et interdit d’Université, il se confie par devoir de parole, pour exister enfin. C’est son récit authentique, véritable roman d’apprentissage, que nous conte magistralement l’écrivain américain engagé et militant, Dave Eggers.

Et l’on ne cesse de s’indigner de ce que les puissants font subir aux petits (et le roman nous instruit à suffisance sur les manipulations de l’Histoire !). Mais on se prend surtout d’une affection admirative pour ce gosse hagard et ses compagnons d’infortune, pour ce jeune adulte inventif à la vitalité et à la faculté d’adaptation inouïes. En dépit de tout, fidèle à la foi et aux valeurs de l’enfance, il sera au cœur de cet enfer, artisan de solidarité, de fraternité et d’amitié.

Eggers est journaliste de formation, concerné par la vie du monde. Et nous le savons pluriel : auteur (Pourquoi nous avons faim, Gallimard, 2007), éditeur et créateur d’un réseau de bénévoles pour sortir de l’illettrisme les enfants déshérités. Avec ce roman d’une tragédie contemporaine, il nous donne ici une œuvre fraternelle d’une poignante humanité, un livre de visages, salué par le récent Médicis du livre étranger. Un livre de combat, pour rester vigilant et continuer de croire en l’homme.
Comme une réponse de fin silence à la question qui traverse le récit : c’est quoi le grand Quoi qu’il importe de trouver ?

Astucieusement construite, cette longue narration de l’absurde et de la sauvagerie, bouleverse. Mais la grâce d’une écriture sobre, alerte et terriblement efficace, sauve ces pages du pathos par la distance d’un certain sourire.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.