• Le Centre de Littérature de Jeunesse de la Ville de Liège et les Ateliers du Texte et de l’Image asbl

  • 14 octobre 2013, par Françoise Vanesse, Sylvie Hendrickx

    Il y a 0 commentaires.

  • Pousser les portes de ce Centre, c’est découvrir…

Un projet à deux têtes…

Depuis quelques années, le besoin et la nécessité de trouver des formules adéquates pour mettre en valeur les fonds de littérature de jeunesse ont vu le jour. Que ce soit à Bruxelles avec le « Centre de Littérature de Jeunesse de la Ville de Bruxelles » [1] ou à La Louvière avec le « Centre de Littérature de Jeunesse André Canonne », chacun est à la recherche de la formule appropriée qui fera du patrimoine possédé, souvent des milliers d’ouvrages, un fonds protégé mais surtout un matériau source de projets et de questionnements. Michel Defourny, figure emblématique de la recherche et de la critique en Littérature de jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles comme à l’étranger, ayant amoureusement mis de côté un nombre impressionnant d’ouvrages de par sa profession, a décidé, lui aussi, de relever ce formidable défi : créer un Centre correspondant à la spécificité de ses collections et reflétant les préoccupations qui furent les siennes tout au long de sa carrière. En 2010, enfin, après plusieurs mois de réflexion, des portes s’ouvrent, le projet devient réalité et Michel Defourny fait don à la Bibliothèque Ulysse Capitaine de la Ville de Liège, d’une collection impressionnante de près de 35 000 livres ! Parallèlement, une structure « Les Ateliers du Texte et de l’Image asbl » est mise en place : véritable moteur, cette asbl vise à dynamiser le fonds et les collections. L’alliance du fonds Michel Defourny et de cette asbl (les « ATI ») constituent ensemble ce projet à deux têtes : le « Centre de Littérature de Jeunesse de la Ville de Liège ». La coordination des actions de cette asbl est confiée à Chantal Cession, co-fondatrice de la librairie liégeoise « La Parenthèse ».

Un espace à dimension patrimoniale

Pour accueillir ces collections et cette asbl, un espace était nécessaire ! En parfaite cohérence avec l’origine liégeoise du donateur, c’est la Bibliothèque Ulysse Capitaine, spécialisée dans la conservation des archives patrimoniales de l’histoire de la cité, qui a été proposée par la ville de Liège. Ainsi, après avoir traversé la salle de lecture de cette bibliothèque, nous voici dans une petite pièce accueillante aux hauts rayonnages chargés d’un tout autre patrimoine cette fois, celui de la littérature de jeunesse. Chantal Cession nous y accueille. « Difficile bien entendu d’accueillir d’emblée les 35000 ouvrages en possession de Michel Defourny, souligne-t-elle avec le sourire ! Une sélection était nécessaire. Aussi, tandis que Michel Defourny conserve encore pour l’instant, par la force des choses, une partie de cet important fonds en réserve, je mets à la disposition des visiteurs des ouvrages clés qui peuvent les aiguiller pour différentes recherches et répondre à leurs divers questionnements. »

Un fonds très spécifique pour expérimenter et questionner

Et en effet, les objectifs principaux de la structure des « ATI » sont bien le questionnement et la mise en place de projets. « Nous envisageons cette structure comme un véritable outil pour expérimenter et questionner, explique Chantal. Le terme Atelier évoque d’ailleurs la dimension dynamique d’un lieu où l’on réfléchit, échange, expérimente et produit ! Enfin, les termes Textes et Images reflètent les lignes directrices qui sont chères à Michel Defourny dans sa façon d’aborder l’album jeunesse : à savoir l’importance du rapport « texte-image » ainsi que le rôle déterminant des grands courants artistiques dans l’évolution de l’album jeunesse ».

Un fonds en évolution

Une des premières missions concrètes des « ATI » consiste à gérer l’évolution et la mise à disposition progressive du fonds qui continue de s’alimenter à deux sources principales. D’une part, les possessions de Michel Defourny elles-mêmes continuent d’affluer régulièrement au fur et à mesure du traitement bibliothéconomique qui en est fait. D’autre part, l’asbl investit dans l’achat de livres particuliers, « inclassables », accordant pour cela une attention particulière aux productions qui paraissent. « Cette vigilance découle des compétences et de la personnalité de Michel Defourny qui a toujours veillé à faire des passerelles entre l’art, la littérature, le design ou encore la mode…, poursuit Chantal Cession. Il est important pour un fonds de conserver les qualités qui lui ont été insufflées par son donateur. Nous veillons donc à perpétuer cet esprit de passerelle en nous intéressant à tout ce qui gravite de près ou de loin autour de la littérature jeunesse. C’est un vrai défi car la littérature jeunesse évolue sans cesse et les frontières se font toujours plus ténues entre l’album et le livre d’artiste. » En témoigne par exemple sur les étagères des ATI, cette surprenante version d’Alice au Pays des Merveilles d’Andrea Pat paru aux Editions Diane de Selliers ou encore les œuvres étranges de l’artiste Atak.

Un fonds d’œuvres premières mais aussi de documentation « secondaire »

Le fonds Michel Defourny est constitué avant tout d’œuvres premières : albums jeunesse, contes, romans pour adolescents mais également revues pour la jeunesse, théâtre pour enfants... Ces nombreux albums retracent en quelque sorte, dans leur diversité et leur hétéroclisme, un panorama, une histoire de la littérature pour la jeunesse, reflet de la vivacité et de la créativité du livre jeunesse à travers les époques. Mais ce fonds présente aussi, et cela fait sa spécificité, une importante documentation « secondaire » : livres théoriques, actes de colloques, interviews d’auteurs, et monographies.

Un lieu de consultation et de prêts circonstanciés

Les « ATI » constituent principalement un espace permettant la consultation du fonds et non une institution de prêt. Il leur arrive cependant d’accorder des prêts occasionnels et circonstanciés de matériels pour des projets bien spécifiques lorsque des bibliothèques souhaitent présenter des ouvrages qu’elles n’ont pas en leur sein et qui sortent un peu de l’ordinaire, pour une soirée « contes » par exemple. Les « ATI » développent également ce genre de partenariat avec les musées comme ce fut le cas dans le cadre de l’exposition consacrée au Loup par le Musée Royal de Mariemont l’an dernier ou, prochainement, l’exposition Europalia Inde à la Bibliothèque des Chiroux.

Un lieu de visites et d’animations spécifiques

Il est aussi de la volonté des « ATI » d’organiser des présentations du fonds à des groupes spécifiques en mettant l’accent sur l’une ou l’autre dimension de son contenu afin de répondre au mieux à toute demande et de garder le contact avec le terrain qu’il s’agisse de classes de futurs enseignants, de mamys conteuses…
Un lieu ressource pour les chercheurs et les étudiants
S’il arrive fréquemment que Chantal Cession reçoive la visite de plusieurs classes de l’enseignement supérieur pour faire découvrir le fonds et faire prendre connaissance de ses ressources, les « ATI » orientent également les étudiants de manière individuelle dans le cadre d’un travail de fin d’études. Chantal Cession souligne ainsi la réalisation chaque année d’un certain nombre de mémoires et TFE, réalisés sur la littérature jeunesse que ce soit sur un ouvrage particulier ou un aspect historique… C’est le cas notamment des étudiants en Littératures et Langues romanes de l’Ulg où le cours de littérature de jeunesse est assuré par Daniel Delbrassine, successeur de Michel Defourny à ce poste et l’un des sept membres de l’asbl. C’est également le cas des futurs bibliothécaires en Haute Ecole, des étudiants de Hautes Ecoles Pédagogique et des Ecoles d’art (Académie Royale de Liège, Institut Saint Luc…).

Une vocation à la collaboration

Un autre moyen privilégié par les « ATI » pour faire vivre leur fonds réside dans la mise en place de collaborations. L’exemple le plus visible de cette volonté est l’accord de collaboration de l’asbl avec la Coopération Culturelle Régionale /Liège (CCR) avec laquelle se construit une part des activités de l’asbl. Dès sa création, et en partenariat avec le centre culturel Les Chiroux (secteur Arts plastiques), les « ATI » participent à la conception d’expositions interactives consacrées à des auteurs-illustrateurs de la Fédération Wallonie Bruxelles tels que Claude K. Dubois ("Face au monde Claude K.Dubois »), Jean Maubille (« Quand Papaloup raconte…l’univers de Jean Maubille »), Francesco Pittau et Bernadette Gervais (« De Pittau…à Gervais : eSpoXition »), ou encore Michel Van Zeveren (« Pourquoi ? Parce que ! » ). Ces expositions sont destinées à circuler dans le cadre d’une collaboration entre Centres culturels et bibliothèques (formation, journée d’étude et d’information autour de l’exposition...).
Les ATI asbl ont également créé pour la Fédération Wallonie Bruxelles des expositions d’auteurs-illustrateurs lauréats du Grand prix triennal de Littérature de jeunesse : Rascal, en 2009 (« Double six Rascal et Cie ») ou plus récemment Benoît Jacques, en 2012 ("Délire de livre(s)"). « La conception d’une exposition est un projet très motivant, souligne Chantal Cession, qui se construit en dialogue entre les ATI et l’auteur-illustrateur afin de refléter un univers et un travail en cours d’élaboration, loin de la simple exposition biographique ou d’une rétrospective. »
Des expositions qui sont autant de belles invitations à la découverte et à la formation dans un domaine d’une infinie créativité, bien en résonnance avec l’esprit de ce Centre !

(1) Un portrait du CLJB est paru dans le n°95 de Biblirama

Centre de Littérature de Jeunesse de la Ville de Liège
Les Ateliers du Texte et de l’Image asbl
118-120, En Feronstrée
4000 LIEGE
04/ 221.94.08
www.lesati.be

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.