• La violence des hommes

  • Regards croisés sur l’actualité de l’édition religieuse

  • 10 janvier 2008, par Gérard Durieux

    Il y a 0 commentaires.

  • Des pages pertinentes et riches d’expériences qui emmènent les hommes sur les chemins... sinueux de la compréhension de leur violence intérieure.

MONBOURQUETTE Jean, La violence des hommes, Novalis, Bayard, 2006

Prêtre canadien (OMI) et psychothérapeute, Jean Monbourquette fut pendant plus de 25 ans professeur à l’Institut de pastorale de l’Université St Paul à Ottawa.
Conférencier apprécié et infatigable animateur de sessions de formation, il a publié une vingtaine d’ouvrages sur le deuil, l’estime de soi, l’ombre et le pardon... Sa démarche psycho spirituelle s’inspire de la pensée de Carl G. JUNG, psychiatre suisse décédé en 1961.

Dans ce livre récent sous-titré "Essai de psychologie et de spiritualité masculines", il distingue la saine agressivité virile (faite de hardiesse, de vigueur, d’ardeur...) de la violence- agression intrinsèquement destructrice et entend ouvrir ainsi les hommes à une compréhension plus juste du précieux héritage que constitue leur violence intérieure.

Pour ce faire, à la suite de JUNG qui conçoit la personne comme étant psychologiquement bisexuelle, il insiste notamment tout au long de l’ouvrage, sur la nécessité pour l’homme d’intégrer son « anima » (la dimension féminine intérieure de tout homme).

A l’aide de « paraboles », de mythes, de rituels d’initiation, de films, de textes littéraires ou de récits de vie, il explore et commente avec finesse et clarté les différentes formes de cette violence masculine archétypale : refoulée, débridée, maîtrisée ou sacrée (ritualisée). Dans ce dernier point, certains liens entre religion et violence comme quelques grands textes bibliques (le combat de Jacob et la colère de Jésus, par exemple) font l’objet de commentaires éclairants.

Ces pages riches d’expérience et de pertinence aideront à coup sûr chacun à poursuivre lucidement et honnêtement sa tâche et sa croissance d’homme, jusqu’au choix de la non-violence dans la défense de ses propres droits, jusqu’à la compassion et la communion avec l’autre.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.