• La bibliothèque publique au cœur du tissu culturel ?

  • Carrefours de la connaissance et Foire du Livre 2007

  • 10 avril 2007, par Françoise Vanesse

    Il y a 0 commentaires.

  • Sous la houlette de Jacques De Decker, des bibliothécaires d’origines géographiques différentes ont réfléchi sur la place de la bibliothèque au cœur de la vie culturelle.

Etaient présents : Marie Angèle Dehaye, Bibliothèque centrale des Riches-Claires, Joëlle Verboomen, Bibliothèque de Boitsfort , section jeunesse, Jean-Paul Denayer, directeur du VCOB et Joël Moris, conservateur de la « Maison du livre et de l’affiche » de Chaumont en Haute-Marne

« La bibliothèque dans la cité : voici bien une question de plus en plus centrale !  »

C’est ainsi que Jacques De Decker introduit ce débat consacré à réfléchir sur la place qu’occupe ou que devrait idéalement occuper la bibliothèque au cœur de la vie culturelle de la cité.

« En effet, la question est préoccupante » poursuit-il. La bibliothèque figure en effet parmi ces endroits essentiels de la vie en démocratie. Or le monde actuel n’arrête pas de nous individualiser. Face à cette tendance à l’égotisme, il est essentiel que la vie intellectuelle nous rassemble. Car si la lecture est un acte individualisant, la bibliothèque par contre nous socialise. Et cette notion de partage est prépondérante ».

Et d’entamer le débat en soulignant l’importante impression d’accueil que l’on ressent lorsque l’on visite des bibliothèques en Communauté flamande.
« L’hospitalité fait-elle partie de vos priorités ? » demande le médiateur au Directeur du VCOB, l’association
flamande des bibliothèques.
"C’est exact , poursuit le responsable, que cette volonté
d’intégration de la bibliothèque dans une politique culturelle locale fait partie des préoccupations des différents pouvoirs organisateurs des acteurs culturels"
.

Et de décrire les actions de terrain menées pour que le lecteur se sente à l’aise à l’intérieur d’une bibliothèque qui veut tenter de fidéliser sa démarche.

En Communauté française, les bibliothèques souffrent certainement d’une absence d’image en tant que véritable acteur culturel...

La parole est ensuite donnée à Joëlle Verboomen, responsable de la Bibliothèque publique de Watermael-Boitsfort

Celle-ci enchaîne en rappelant que, en Communauté française, cette intégration des bibliothèques au tissu culturel local dépend de chaque commune. Elle regrette également le manque de « volonté unanime ». "En effet, poursuit-elle, les bibliothèques souffrent d’une absence d’image en tant que véritable acteur culturel. Et, dans ce domaine, rien n’est prévu au niveau de la Communauté française. Or cette action culturelle jouée par les bibliothèques est prépondérante.
Et de citer l’expérience menée par la bibliothèque de Watermael-Boistfort qui, il y a quelques années, a développé une exposition consacrée aux livres d’artistes. Dans ce projet, promotions de l’art et du livre étaient intimement liées.

Marie-Angèle Dehaye , directrice de la Bibliothèque centrale des Riches-Claires à Bruxelles poursuit le débat

Elle rappelle que la situation que vit sa bibliothèque est privilégiée puisqu’elle est déjà intégrée dans un Centre Culturel.

Et elle insiste sur le fait que cette bibliothèque est devenue au fil des années un véritable pôle culturel. « En effet, explique Marie-Angèle Dehaye, notre travail est véritablement reconnu depuis dix ans par rapport à différents organismes. On nous propose en effet de nombreux partenariats comme, par exemple, l’organisation d’événements important tels « Europalia ».

Elle conclut en soulignant l’apport de la ville de Bruxelles qui est très important et, fait encourageant, ce souci d’intégration est vraiment pris en compte ».

La parole est ensuite donnée à Joël Moris, Conservateur de la « Maison du livre et de l’affiche » de Chaumont en Haute-Marne.

Il rappelle que cette municipalité consacre un budget important à intégrer la bibliothèque au cœur de la vie culturelle afin d’aller à la rencontre des lecteurs. « En effet, explique-t-il, en tant qu’opérateurs culturels, nous devons prendre en compte qu’une partie importante de la population s’interdit la fréquentation à la bibliothèque. Crainte de passer le seuil, réticences, blocages culturels ou sociaux : les causes sont nombreuses ».

C’est la raison pour laquelle la municipalité a créé le projet « La bibliothèque hors des murs ». Ce projet est très bien subventionné, ce qui autorise l’engagement d’une personne à temps plein et qui ne travaille que dans le cadre de ce projet. Un réseau est instauré entre différents acteurs de terrains qui mènent des ateliers écriture dans les quartiers : ils vont à la rencontre des lecteurs. Ces projets sont réalisables grâce à l’importante implication des pouvoirs politiques.

Et c’est par cette allusion budgétaire que se termina le débat où l’on fit remarquer, une fois de plus, que l’investissement en Lecture publique est beaucoup plus important en Flandre qu’en Communauté française...

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.