• La bibliothèque communale de Virton. A bord de la « Biblio’nef » : une traversée sans frontières

  • 15 juillet 2014, par Françoise Vanesse

    Il y a 0 commentaires.

  • Pousser les portes de cette bibliothèque, c’est découvrir…

Un lieu en résonance

Virton est une petite ville de onze mille habitants oscillant, parfois indécise, entre deux frontières mais, par contre, bien ancrée au cœur du légendaire pays gaumais dont elle est la capitale ! Quand on se promène dans cette bourgade aux ruelles encore typiques, on est frappé par une certaine disparité. Ici et là d’anciennes maisons aux volets clos témoignent d’un passé lointain ; à d’autres endroits c’est la modernité qui surgit : une cohabitation parfois déroutante... C’est précisément ce sentiment de contraste que l’on ressent devant la bibliothèque de Virton, la « Biblio’nef » : l’ancienne chapelle du couvent des Sœurs rachetée par la commune en 2002 et reconvertie en bibliothèque depuis 2010. De l’extérieur, vous découvrez une façade presqu’entièrement conservée de style néo-gothique et, à l’intérieur, voici un véritable temple de la modernité, un lieu à l’architecture exceptionnelle qui attise la curiosité, voire l’envie… dans le monde de la lecture publique ! Ici, en résonance avec la topographie de la ville, les frontières s‘estompent pour faire place au grand large. En effet, une fois à bord de cette « Biblio’nef », le vent gonfle les voiles et vous pousse à embarquer en compagnie de la capitaine, Nicole Brose, bibliothécaire à Virton depuis 1984, qui vous accueille, très souriante !

Un forum : rencontres et expositions

Vous pénétrez tout d’abord dans le forum de la « Biblio’nef » : un espace ouvert, aéré, dédié aux expositions et aux rencontres et qui témoigne d’entrée de jeu de la politique d’ouverture qui a procédé à la conception du lieu. « Cet espace permet d’accueillir une centaine de personnes », précise Nicole Brose. « Récemment, l’écrivain Michel Francard était accueilli et quatre-vingt-cinq personnes étaient au rendez-vous ! » De part et d’autre de ce forum, des cimaises, relevées d’un éclairage soigné et discret, accueillent une exposition : des photographies contemporaines « Habiter l’invisible » de l’Université de Mons. Si vous levez la tête, votre regard est attiré par les imposantes fenêtres ogivales dont certaines parties sont habillées de couleurs vives et sur lesquelles des phrases en résonance avec la lecture ont été imprimées. Celles-ci ponctuent ces murs ajourés d’une dimension poétique originale et très agréable.

Un lieu de mouvement : la « Biblio’nef », c’est sportif !

En avançant, vous voici confrontés à un imposant cube de verre : ilot central lumineux de trois étages, conception architecturale extrêmement audacieuse qui permet, tout en élégance et en transparence, d’occuper l’ensemble de la hauteur du transept de l’ancienne chapelle. Celui-ci abrite notamment la bédéthèque et la salle informatique auxquelles on accède soit par des escaliers de bois en colimaçon ou par ascenseur. Une fois au sommet, accueillant la section adulte gérée par Nicole Brose et Brigitte Aubert, c’est la surprise ou la récompense, selon que vous ayez emprunté l’escalier ou l’ascenseur !!! Tout d’abord s’offre à vous une vue plongeante sur le forum et sur la salle de lecture située dans l’ancien jubé du bâtiment avec sa rosace rayonnante. Mais s’ouvre également, sur votre gauche, une trouée sur la France qui s’étire à quelques encablures de cette nef, voguant paisiblement presqu’à cheval sur deux frontières… C’est vertigineux ! De la hauteur, de la surprise mais aussi beaucoup de mouvement… Quand on déambule ici, on intègre mieux l’imposante superficie du lieu mais aussi ses nombreux dénivelés… ça monte, ça descend, un peu à l’image d’un parcours dans la ville. « C’est vrai, précise Nicole Brose, la surface à investir est importante et les différents espaces sont nombreux : pour aller d’un bout à l’autre, c’est sportif ! »

La section jeunesse : chaleur et intimité

Après ces ascensions diverses, regagnons le rez-de-chaussée et la section jeunesse située dans le chœur de l’ancienne chapelle et posons-nous quelques instants… En effet, ici le mouvement n’est plus roi et c’est tant mieux car c’est ici que les enfants, assis sur de charmants gradins de bois, sont invités à assister aux lectures de Virginie Feller et de Virginie Gouverneur, spécialisées en littérature de jeunesse. Trois espaces bien distincts composent cette section : l’espace d’animation et, de part et d’autre, deux salles indépendantes avec les classiques étagères d’albums et de romans. De cet endroit se dégage une âme bien particulière. Contrairement au reste du bâtiment plus éclaté, il y règne en effet une impression de cocon. Sans doute plusieurs raisons concourent à cette sensation. Tout d’abord la présence des vitraux d’époque restaurés qui apportent une lumière chaude et tamisée. Mais aussi le mobilier, originaire de l’ancienne bibliothèque et les charmants coussins originaux cousus mains par la responsable : un endroit où, manifestement, il fait bon vivre !

Vue d’ensemble et souci du détail

L’ensemble qu’offre la bibliothèque est soigné mais le détail n’y est pas négligé que ce soit l’éclairage ou le mobilier… Ce dernier est entièrement neuf, en ce qui concerne la section adulte, composé d’étagères sobres. L’éclairage, discret, efficace est très fonctionnel. D’autant plus que la bibliothèque peut compter sur une importante luminosité renforcée par des murs clairs ponctués d’élégantes lignes de couleurs vives qui délimitent avec douceur cet espace quasi uniforme. Ci et là, des espaces pour se poser, pour s’assoir : de beaux fauteuils d’un vert azur…

Un défi relevé…

Avoir une bibliothèque d’une telle qualité permet de relever un défi important pour le pouvoir communal d’une ville malgré tout isolée des grands centres de culture, où le taux de chômage atteint 15% et qui accueille, chaque jour, un nombre impressionnant d’étudiants, de la maternelle à la haute école : cinq mille sur l’année. Manifestement, le maire initiateur de ce projet (NDLR : la gaume est la seule région de Belgique où les bourgmestres sont encore appelés maires), Pierre Scharff, a bien intégré l’enjeu de disposer d’une infrastructure de qualité qui draine le public vers la lecture mais aussi vers des manifestations à caractère culturel. Ici à Virton, pas de Centre culturel mais une bibliothèque, rénovée sur fonds propre, radieuse, irradiante avec un forum pour des rencontres, des cimaises pour des expositions, un lieu phare qui résonne de son aura, qui fait référence dans la ville et qui, sans conteste redynamise le quartier. « En effet, notre bibliothèque, c’est un de nos fleurons », précise encore la bibliothécaire manifestement satisfaite. « C’est un lieu que l’on vient présenter à des amis ou à des connaissances en visite dans la ville, un endroit qui attire le public. Et après quatre ans de fonctionnement, la curiosité ne tarit pas ».

Un lieu avec des écueils…

Il serait illusoire de penser qu’aucun contre-courant ne baigne cet îlot d’innovation ! Car si, vu de l’extérieur, c’est bien entendu l’admiration qui prime, il reste que le bâtiment possède quelques écueils auxquels les bibliothécaires, dans leur quotidien, viennent parfois se heurter. « Le sens esthétique prime parfois sur le côté fonctionnel, précise Nicole Brose. Nous n’avons, par exemple, aucune vue d’ensemble et il est hors de question de placer des caméras. Cela nous pose parfois problème. » D’autre part des ajustements inopportuns ont été faits dans l’agencement de certains espaces comme les toilettes, très mal situées, en dehors de la zone réservée au public. D’autres petits défauts, ci et là comme le comptoir de prêt, avec un rebord très esthétique mais qui empêche une circulation aisée des livres et qui ne facilite pas la vie lors des séances de prêts. « Nous avons en quelque sorte essuyé les plâtres, précise la bibliothécaire et les nouvelles réalisations entreprises par le même bureau d’architecte « Alineater » tiendront compte de certaines de nos suggestions. Mais, dans notre cas, c’était de la rénovation, un art difficile qui implique beaucoup de composition ». Précisément, c’est par cette image d’un lieu de conciliation que nous terminons le portrait de cette « Biblio’nef ». Car cette bibliothèque, avec son riche patrimoine ancré dans le passé, sa rénovation d’exception enracinée dans le présent et sa politique d’ouverture orientée vers l’horizon, apparait sans conteste un bâtiment emblématique d’une lecture publique en mouvement et sans frontières…

Françoise Vanesse

Biblio’nef

Bibliothèque communale de Virton
Esplanade de l’Avenue Bouvier 4A
6760 Virton

Bibliothécaires : Mmes Nicole Brose, Brigitte Aubert, Virginie Gouverneur, Virginie Feller.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.