• François d’Assise

  • Regards croisés sur "Des visages de fraternité"

  • 5 janvier 2010, par Gérard Durieux

    Il y a 0 commentaires.

  • Au cœur de la production pléthorique et de niveau très inégal consacrée à ce visage très populaire qu’est François d’Assise, cette enquête historique, minutieuse, critique et novatrice, fait figure d’incontournable.

VAUCHEZ André, François d’Assise, Fayard, 2009

Parmi les nombreux ouvrages qui paraissent à l’occasion des huit cent ans de la fondation de l’Ordre des franciscains, le gros volume de ce spécialiste de l’histoire du Moyen-âge, s’affirme à l’évidence comme exceptionnel et indispensable désormais pour qui souhaite découvrir au mieux la personnalité et l’œuvre du populaire « Frère François » (1182-1226).

Universellement reconnu comme l’une des grandes figures spirituelles de l’humanité, le pauvre d’Assise a suscité dès le lendemain même de sa mort une infinité d’interprétations de tous genres, marquées davantage par la subjectivité ou les préoccupations de leurs auteurs plutôt que par la vérité historique. L’ambition de ce travail majeur en langue française est donc de libérer François des mythes et légendes accumulés et ce, grâce à une lecture critique des sources disponibles doublée d’une connaissance approfondie des textes hagiographiques.

Et notre scientifique y parvient de façon éminemment convaincante. Dans un style précis et limpide, il trace ainsi une minutieuse esquisse biographique du personnage soigneusement inscrite dans son contexte. Et dénonce tour à tour les approximations schématiques, les glorifications apologétiques, les dénaturations récupératrices d’une image largement déshumanisée ou folklorisée. Le propos se veut sans cesse argumenté sans être pesant, mesuré mais assuré. Il dénonce subtilement les dérives, les visions partiales et recueille honnêtement à mesure les données les plus avérées.

Sur la base de cette vaste, solide et précieuse enquête historique et à partir des écrits mêmes du « Poverello » qui permettent d’accéder sans filtre à son intériorité, l’auteur livre alors une remarquable synthèse qui éclaire l’authentique nouveauté franciscaine : nouveaux rapports avec l’Ecriture, relations nouvelles avec la nature, le monde et l’Eglise... Des pages où rayonne au plus juste le visage fascinant de ce frère mineur universel, homme de paix considérable qui garde, jusque dans son indétermination et ses échecs, une singulière « force de contemporanéité » : l’indispensable « sagesse d’un pauvre ».

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.