• Bibliothèque de Barvaux-Durbuy : une bibliothèque ouverte sur l’ailleurs...

  • 15 janvier 2010, par Françoise Vanesse

    Il y a 0 commentaires.

  • Depuis plusieurs années, Catherine Renson, bibliothécaire dirigeante à Durbuy, accueille régulièrement des classes de l’enseignement spécialisé, non seulement pour des séances de prêt, mais aussi pour des animations, offrant ainsi un très intéressant exemple d’ouverture et d’adaptation à un public différent. Elle évoque avec nous les points positifs et très valorisants de cette collaboration.

_____________

La Bibliothèque communale de Durbuy est située près du parc communal de Barvaux. Elle occupe, avec le Centre culturel, une belle construction du XVIIème siècle entièrement rénovée depuis maintenant dix ans, date de reconnaissance de la bibliothèque. Une fois la porte poussée, vous empruntez une rampe d’accès destinée aux personnes handicapées physiques : la bibliothèque accueille deux à trois lecteurs dont le handicap nécessite cette infrastructure très onéreuse. Mais, aujourd’hui, c’est une dizaine d’enfants souffrant de handicap mental, originaires d’une institution spécialisée locale, qui pénètrent dans la bibliothèque...

Si de nombreuses mesures sont prises pour faciliter l’accès de la personne handicapée physique à la culture et à la lecture, les réflexions abordant le rapport entre le livre, la lecture et la personne handicapée mentale semblent occuper une place de moindre importance. Il est vrai que la problématique est d’emblée plus difficile à appréhender car moins objective et plus difficilement quantifiable. Et pourtant, les bibliothèques ont, ici aussi, un rôle important à jouer envers ce public, notamment envers ces enfants différents, afin de faire éclore chez eux le plaisir du contact avec les livres et la lecture.
Depuis plusieurs années, Catherine Renson, dirigeante à la Bibliothèque communale de Barvaux, accueille très régulièrement des classes de l’enseignement spécialisé pour des séances de prêt mais aussi pour des animations. Cette envie de travailler avec l’enseignement spécialisé, au même titre que les autres établissements scolaires, a toujours fait partie de ses préoccupations, étant donné que la commune abrite sur son territoire une institution « Clairval » comprenant notamment une école d’enseignement spécialisé. Et cette ouverture porte ses fruits. Car, à la grande satisfaction de l’équipe, qui a fait preuve d’une grande écoute et d’une adaptation aux attentes de ce public d’enfants différents, les classes répondent toujours présent dès que l’on propose une animation mais surtout font preuve d’une importante motivation dans leur collaboration qui s’avère agréable et très valorisante.

Besoin de se situer

Le début de la collaboration avec les classes de « Clairval » s’enracine dans un projet lancé par Catherine quelques années avant le déménagement et intitulé « Comment rêvez-vous votre nouvelle bibliothèque ? ». Son objectif était de prendre en compte les attentes des enfants et des enseignants pour concevoir les plans de la section jeunesse de la nouvelle bibliothèque et ce, afin d’adapter au mieux son fonctionnement. C’est dans ce contexte que les classes de l’Institut « Clairval » sont invitées à s’exprimer au même titre que les autres écoles. D’emblée, leurs réponses et suggestions s’avèrent très créatives et intéressantes... « Je souhaitais vraiment prendre en compte leurs désirs dans l’aménagement de la section jeunesse », explique Catherine. « A la lecture de leurs dessins, j’ai compris qu’ils souhaitaient découvrir du premier coup d’œil l’ensemble des livres disponibles. C’était vraiment cela leur projet : se retrouver dans un espace aéré et dégagé qu’ils peuvent appréhender d’emblée. J’ai donc écouté les attentes de ces enfants en concevant les plans. Non seulement pour eux mais aussi parce que je suis convaincue que cet aménagement intérieur peut aussi convenir à d’autres enfants qui n’ont pas un intérêt premier pour la lecture. Car, en fin de compte, je suis persuadée que c’est le besoin de pouvoir se situer qu’ils ont mis en avant. La section adulte est classique avec cette enfilade de rayonnages. Certains pourraient les vivre comme des obstacles. Mais quand on entre dans la section jeunesse bien dégagée, on ressent l’envie de faire le tour, on s’y sent bien. Le premier pas est possible... ».

Un projet à part entière

Et les premiers pas ont vite pris la direction de grands chemins ! En effet, depuis le déménagement et la reconnaissance de la bibliothèque, la collaboration avec les classes de l’Ecole d’enseignement spécialisé a pris un nouvel envol ! Les visites de « Clairval » sont très régulières mais s’inscrivent surtout dans un véritable projet de sensibilisation au plaisir du contact avec le livre et la lecture.
Cette motivation est en effet prépondérante. « Je ressens un grand intérêt de la part des enseignants de « Clairval », poursuit Catherine, « car la visite à la bibliothèque est un projet à part entière, l’occupationnel n’a pas de place. Chaque fois, l’enseignant a pensé à un objectif ; l’aspect gestion de groupe en terme de savoir-vivre est très travaillé, chaque étape est structurée et respectée et il ne me reste plus qu’à me préoccuper de l’aspect professionnel ! »
A l’écouter, il semble bien que ce ne soit pas plus lourd de travailler avec des classes de l’enseignement spécialisé qu’avec l’enseignement ordinaire ! « En effet, je suis persuadée que certains pourraient se dire, a priori, que c’est plus difficile de travailler avec le spécial. Et bien, c’est le contraire ! Non seulement, pour ma part, le plaisir est plus grand car je ressens une attente plus importante mais, de plus, la facilité d’organisation est meilleure car la gestion du groupe est très bien travaillée tout au long de la visite ».

Adaptation et...

Si cette collaboration semble aujourd’hui couler de source, il ne faut pas pour autant occulter l’importante faculté d’adaptation qu’ont dû déployer, au fils des mois, Catherine et son équipe. Premièrement pour l’enregistrement des prêts qui exige davantage de dialogue ; deuxièmement pour le programme d’accueil des classes ; enfin et surtout, pour le choix des livres à mettre en évidence lors des visites de ces classes. Il faut en effet des histoires bien adaptées et, dans un tel contexte, la médiation est plus que jamais capitale. D’autre part, ce qui peut être déroutant, c’est qu’il existe inéluctablement un important fossé entre la maturité physique de ces enfants, leurs préoccupations et leur rapport au livre qui s’apparente souvent à celui des petits.
« En effet, poursuit Catherine, leur rapport au livre est un peu atypique dans la mesure où, pour la majorité d’entre eux, celui-ci n’est jamais un livre de lecture de textes qu’ils vont pouvoir découvrir en toute autonomie, un roman ou un récit. Mais ce qui prime, c’est que cela reste un outil plaisir où les notions de lecture d’images, de rêve, d’évasion mais aussi de recherche d’information prédominent et cela, quels que soient le niveau et le type de classe. « Le livre, c’est aussi bien l’objet qui me donnera du plaisir si on me la raconte, que tout simplement le bonheur de tourner les pages, de regarder de belles images ».

Comme chez les tout-petits, la lecture d’image est bien entendu essentielle avec des sujets de prédilection très marqués :
pour les filles, les bébés et les garçons, les voitures, les footballeurs ou les belles princesses... Mais ce qui est aussi prédominant c’est le besoin de s’approprier le livre, de pouvoir le manipuler et surtout l’emporter. Mais attention, en main et surtout pas dans un sachet !
 »

... remise en question

Choisir le bon livre à proposer en prêt n’est pas aisé. Que dire dès lors du choix du récit à raconter et de la bonne durée pour la lecture ? Pas de doute, c’est encore plus problématique ! Surtout que, dans un même groupe, il y a des enfants dont les handicaps sont très différents ! « Une fois, j’avais préparé une animation pour des enfants de maternelle et il n’y en avait aucun qui savait parler dans le groupe ! J’ai donc dû m’adapter car l’on ne connaît jamais le niveau objectif des enfants. Mais, finalement, après chaque lecture, je constate que le grand gagnant, c’est le livre. La magie du livre et de la lecture opère... : les enfants autistes arrêtent de tourner un peu partout, certains se calment et là j’éprouve alors de la satisfaction, d’autant plus lorsque les accompagnateurs me disent qu’ils voient que les enfants ont apprécié la lecture. Il faut pouvoir interpréter et il faut surtout que l’on soit aidée pour l’interprétation car seuls les gens qui connaissent bien les enfants au quotidien savent le faire. Ce qui est bien c’est que, sans cesse, à travailler avec ces groupes, on se remet en question et cela c’est vraiment un plus dans mon travail ».

Grands livres en bois réalisés dans le cadre des cours de pratique professionnelle

Projets

On le voit, la collaboration avec ces classes de l’enseignement spécialisé s’apparente véritablement à un échange mais, fait aussi positif, débouche sur des projets concrets en dehors des passages à la bibliothèque. C’est ainsi que la bibliothécaire a inclus les classes dans un projet lors d’une édition de « Je lis dans ma commune ». « Comme la participation de « Clairval » ne pouvait pas être liée directement au contenu du livre, je leur ai proposé de réaliser des créations avec les enfants. Je voulais de plus quelque chose qui puisse être exposé à l’extérieur. Ils ont donc réalisé de beaux grands livres en bois à l’occasion de leurs cours de pratique professionnelle. Ces livres se sont retrouvés accrochés aux arbres sur la place pendant plusieurs jours ». Mais un autre projet bien spécifique est relatif à l’accueil d’élèves stagiaires à la bibliothèque dans le but d’une meilleure intégration et d’une autonomie plus importante.

Charline fait son stage à la bibliothèque et réalise un travail à partir du répertoire

C’est par cette image si positive et dynamique d’ouverture mutuelle et de meilleure intégration grâce au livre que nous terminerons cette plongée vivifiante dans un des épisodes de la vie de cette bibliothèque ouverte sur l’ailleurs... Et avec bonheur !

Françoise Vanesse

Les "coups de coeur" de Catherine Renson

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.