• Autour du manuscrit

  • 6 janvier 2014, par Françoise Vanesse, Sylvie Hendrickx

    Il y a 0 commentaires.

  • Instaurer auprès des jeunes un climat de proximité avec un patrimoine exceptionnel composé de livres anciens et de manuscrits afin de les sensibiliser à une page déterminante de l’histoire du livre mais aussi les questionner sur le rapport qu’ils entretiennent aujourd’hui avec la lecture et l’écriture : tels sont les objectifs de ce module d’animations mis sur pied en septembre 2012 par l’équipe de bibliothécaires de la Bibliothèque du Séminaire de Liège, section spécialisée du Centre Multimédia Don Bosco de Liège.

Innovation

Un maître mot pour l’équipe de la plus ancienne bibliothèque liégeoise ! En effet, consciente que la reconnaissance de son exceptionnel patrimoine de livres anciens et de manuscrits va de pair avec une démarche de sensibilisation auprès du public mais aussi avec un éveil critique sur l’histoire du livre et sur les rapports que nous entretenons aujourd’hui avec la lecture et l’écriture ; l’équipe de la Bibliothèque du Séminaire met sur pied différents projets. Depuis déjà quelques années, Yves Charlier, historien et directeur, accueille régulièrement des étudiants du secondaire mais aussi universitaire pour une présentation du fonds précieux de la bibliothèque et de sa collection impressionnante de manuscrits. Mais, depuis septembre 2012, un pas supplémentaire a été franchi dans la conception de cette animation qui se voit aujourd’hui déclinée en un module encore plus complet : outre la présentation du fonds précieux, le public est invité à s’immerger dans l’environnement de travail d’un moine copiste, à visionner des extraits de films et des reportages sur la fabrication des différents supports d’écriture et les techniques utilisées au Moyen-âge mais également à s’initier à la calligraphie.

Première partie : au cœur du fonds précieux

En ces lieux, Yves Charlier retrace, de façon vivante et toujours avec une petite anecdote amusante dans sa poche, l’histoire de la plus ancienne bibliothèque liégeoise ! Les jeunes sont intrigués par l’ampleur du fonds et par son atmosphère particulière et chargée d’histoire. Les hauts rayonnages impressionnent, les conditions nécessaires à la conservation de ces livres et l’observation des reliures questionnent, le poids de certains livres (34 kgs) provoque la stupéfaction ! Et on s’amuse ensemble à imaginer les muscles que se forgerait aujourd’hui un employé d’Amazon travaillant dans un fonds précieux et devant transporter l’objet pendant plusieurs kilomètres !!!

Deuxième partie : le scriptorium

Cette deuxième partie se déroule dans la crypte du Séminaire aménagée pour l’occasion en véritable « Scriptorium ».
Rassemblés autour d’une vitrine dans laquelle sont exposés d’authentiques manuscrits, les jeunes s’approchent d’Yves Charlier qui tourne pour eux quelques pages de cette histoire du livre. Après avoir enfilé des gants en tissu (détail qui amuse beaucoup les jeunes..), Yves, tel un « magicien-chirurgien » libère les livres de leur vitrine et les présente au groupe… Grâce à cette proximité, le livre délivre tous ses parfums et ses secrets. Cette ambiance conviviale rompt le silence que pourrait imposer une classique salle de musée : ici, on approche, on touche, on respire, on questionne. C’est l’occasion d’aborder la langue latine que les plus jeunes s’amusent à déchiffrer, le caractère précieux des différents supports, leur évolution, et enfin les conditions de vie des moines copistes.
Celles-ci sont difficiles : maux de dos, yeux abimés par le manque de lumière, gel,… Il faut donc beaucoup de temps pour réaliser un manuscrit. Celui qu’Yves nous présente a exigé trois ans de travail … La valeur de ces ouvrages est également abordée ainsi que les premiers temps forts relatifs à l’invention de l’imprimerie.

Troisième partie : projection

Les jeunes sont ensuite invités à assister à une projection d’extraits de film ou de dessin animé abordant les conditions de travail des moines copistes. « Brendan et le secret de Kells » est projeté pour les élèves du primaire alors que les étudiants du secondaire visionnent des extraits du film « Le nom de la rose ». C’est Julie qui accueille et anime. Chaque extrait est passé au peigne fin et donne lieu à des explications sur les outils et les supports d’écriture dont disposent les moines copistes. Munie de matériel en démonstration (plume d’oie, calame) Julie explique, interpelle et informe les jeunes notamment sur les différentes étapes successives qui concourent à la fabrication des manuscrits.

Quatrième partie : Atelier de sensibilisation à la calligraphie

Enfin, Jef accueille les enfants en leur livrant, en écho aux extraits visionnés, différentes informations relatives à la fabrication de l’encre. Après avoir procédé eux-mêmes à quelques essais de fabrication d’encre, les jeunes sont invités à s’initier à l’onciale et à prendre connaissance du « dictus » de cette écriture. Il s’agit de s’accoutumer aux instruments d’écriture et de ne pas brûler les étapes si l’on veut un résultat satisfaisant… Ici, prendre le temps est capital ! Après s’être exercé pendant trente minutes sur des feuilles de brouillon, les jeunes reproduisent au net leur travail d’écriture au côté d’une enluminure qu’ils mettent en couleur.

Conclusion

Ainsi se clôture cette série d’animations originales et très bien construites. Elles présentent le grand intérêt d’informer les jeunes au départ d’un patrimoine d’exception rendu accessible et plus familier tout en les questionnant sur le regard qu’ils entretiennent avec la lecture, l’écriture mais aussi notre mode de vie contemporain ! La reconnaissance est d’ailleurs au rendez-vous. Depuis le lancement de cette animation, Yves et son équipe ont accueilli 80 classes de tout âge.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.