En Fédération Wallonie-Bruxelles, quelle équité entre opérateurs de droit public et de droit privé ?

Publié le 4 juillet, par Guy Marchal


À l’occasion de sessions d’évaluation du Décret relatif au développement des pratiques de lecture organisé par le réseau public de la lecture et les bibliothèques publiques (paru en 2009), a ressurgi de ci de là la proposition de ramener les subventions des opérateurs de droit privé au niveau (inférieur) de celles des opérateurs de droit public. La FIBBC s‘oppose fermement à cette idée, qu’au demeurant le Service de la Lecture publique (FWB) ne promeut pas non plus.

Pourquoi ? Non seulement parce cette opération ne rendrait aucun opérateur gagnant, mais surtout parce que cette différence de montants s’explique aisément par les charges salariales supplémentaires bien plus élevées que les opérateurs de droit privé (34 % d’ONSS par exemple contre 0.5 % pour les opérateurs de droit public) doivent assumer, sous peine de disparition …

La FIBBC est favorable, particulièrement en ces temps de hausse importante des coûts et d’indexations salariales multiples, à l’augmentation des subventions de fonctionnement, d’aménagement et d’équipement de toutes les bibliothèques publiques.